Le modèle SECI

Le modèle Socialisation, Externalisation, Combinaison, Internalisation (SECI), appelé aussi le cycle de Nonaka, est un des modèles et cycles les plus connus des connaissances.

Source : Wikipédia

Il est basé sur la distinction entre les connaissances explicites, les connaissances qui sont décrites et stockées de façon concrète (document, vidéos, base de données, etc.), et les connaissances tacites qui sont les connaissances immatérielles (savoir-faire, savoir-être, capacités, etc.), distinction exprimée par Polanyi, en 1958.

A l’aide de cette distinction, le modèle SECI (Nonaka and Takeuchi, 1996) décrit les différentes phases d’échanges possibles entre ces deux types de connaissances, autrement dit, les relations entre les différents types de connaissances. Il y a donc quatre relations qui forment l’acronyme SECI :

  • Socialisation : Connaissance Tacite → Connaissance Tacite
    • Exemple : Un maître montre un savoir-faire à un apprenti
    • Résultat : Connaissance « sympathique »
  • Externalisation : Connaissance Tacite → Connaissance Explicite
    • Exemple : Une connaissance est écrite dans une base de données
    • Résultat: Connaissance « conceptuelle »
  • Combinaison : Connaissance Explicite → Connaissance Explicite
    • Exemple : Des connaissances issus de deux document sont regroupées dans un troisième document.
    • Résultat : Connaissance « systémique »
  • Internalisation : Connaissance Explicite → Connaissance Tacite
    • Exemple : Une personne découvre et apprend le contenu d’un document de connaissance
    • Résultat : Connaissance « opérationnelle »

Un élément crucial du modèle est que ces quatre phases forment un cycle en fonctionnement continu. Elle est parfois nommée la spirale des connaissances. Ce modèle est donc dynamique et assure le renouvellement et la création constante des connaissances. On peut le comparer par exemple, au cycle de l’eau.

Pour que ce cycle fonctionne correctement, cinq conditions sont requises :

  • Intention : définir une vision stratégique, l’objectif sur le type de connaissances à développer
  • Autonomie : faciliter la diffusion des idées pour créer des idées organisationnelles
  • Chaos créatif : faciliter la création à travers l’ouverture et la rupture de routines
  • Redondance : faciliter le partage des connaissances plus loin qu’aux personnes directement concernées
  • Variété requise : pouvoir accéder à une variété de connaissances plus large que nécessaire

Quelques sources :

Pour aller plus loin avec notamment une présentation complète du modèle SECI : de ses origines et sa création jusqu’à ses améliorations (ba, contradictions, écosystème de connaissances, knowledge assets, etc).

En anglais :

Allez encore plus loin :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer